Asics MetaRacer

La MetaRacer est la première incursion d’Asics dans le monde des coureurs en plaque de carbone. La MetaRacer est efficace une chaussure de course pour des distances aussi courtes que 5 km, mais elle surpasse vraiment les chaussures de course traditionnelles sur des distances plus longues jusqu’au marathon. Grâce à la plaque de carbone située entre la semelle intermédiaire et la semelle extérieure, La MetaRacer offre une réponse incroyable à chaque foulée. Cette chaussure ne conviendra pas à tout le monde. La semelle et le bout de la chaussure sont très étroits, ce qui peut être inconfortable sur les longues distance.

Introduction

La MetaRacer est le premier modèle en plaque de carbone d’Asics. Même si Asics ait un à deux ans de retard sur Nike, Brooks, Hoka et Saucony sur le marché s chaussures à plaque de carbone, la société a fait un excellent travail en perfectionnant la construction de la plaque de carbone et de la semelle intermédiaire.

L’ensemble de la chaussure est étroit, ce qui entraîne un pied serré qui risque d’être inconfortable pour les coureurs réguliers et de longues distances. La MetaRacer a un amorti modéré et présente un « drop » de 9 mm entre le talon et les orteils. Cette chaussure est idéale sur route et sur des pistes en gravier concassé. Sans aucun doute, l’incroyable réactivité vous permettra d’améliorer vos records personnels.

Premières impressions

En chaussant la MetaRacer, on ressent la courbure de la technologie de la semelle à la plaque de carbone, une sensation très différente sous le pied en restant confortable. La chaussure est donc une paire de running rigide, mais elle reste assez souple. À chaque foulée, on peut ressentir littéralement la plaque de carbone s’avancer. Pour les novices des chaussures à plaque de carbone, la sensation ne ressemble à rien de ce qui existe sur des modèles « classiques ». Dans l‘effort, la différence notable avec ce type de chaussure est une sensation de jambes légères sans pour autant dire que les capacités aérobies sont améliorées. Après un entraînement avec les MetaRacer, on retrouve le véritable avantage d’une chaussure de course en plaque de carbone : la capacité de retarder la fatigue musculaire, donc de faciliter la récupération.

La semelle…

La MetaRacer utilise la technologie « Guidesole » d’Asics et d’une semelle intermédiaire Flytefoam remaniée. Cette constitution fait de cette chaussure un modèle souple et réactif avec un bon compromis entre l’absorption des chocs et le transfert d’énergie. La position « par le bas » de la plaque en fibre de carbone, est la première distinction de la MetaRacer par rapport à la concurrence. Cela donne la sensation d’être propulsé vers l’avant à chaque foulée. Asics a probablement inventré la chaussure la plus réactive jamais créée.

La semelle extérieure de la chaussure est fabriquée avec le caoutchouc « Wet Grip » d’Asics pour un niveau de traction élevé. Après plusieurs entrainements avec la MetaRacer, les routes sèches ou humides n’auront que peu d’influence sur son accroche sur le bitume. La semelle extérieure un rayon de courbure qui permet de passer moins de temps en position de talon avant de passer rapidement à la position de pointe. Cette conception permet donc à tous les « talonneurs » de limiter le risque de blessure aux genoux. Les matériaux de la semelle extérieur permettent d’être optimiste la durabilité. La MetaRacer semble donc être l’une des meilleures solutions en terme de rapport qualité/prix vis-à-vis des ses voisines.

Le chaussant…

Le chaussant de la MetaRacer présente une construction presque sans couture pour un ajustement léger et à peine perceptible. La forme de la chaussure est traditionnelle à contrario de la technologie innovante de la semelle intermédiaire. La maille « mesh » est conçue pour faciliter le plus possible la circulation de l’air. Asics a même inclus un « orifice de drainage » ou une fente d’aération à l’extrémité de l’orteil pour maximiser le mouvement de l’air et permettre à l’eau de s’écouler.

La partie supérieure épouse très bien le pied, avec une forme étroite du talon à l’avant-pied. Ce modèle est donc idéal pour les coureurs aux pieds élancés. Il n’y a pas de coupelle de talon, l’arrière de la chaussure peut être écrasée si vous marchez dessus en la mettant. Un détail qui ne passera pas inaperçu est la  longueur disproportionnée de l’étiquette cousue sur le dessous de la fine languette. Aussi, il est impératif de couper cette étiquette pour améliorer le confort général. Pour la prochaine version, nous verrons sans doute une étiquette imprimée à l’intérieur de la chaussure…

Notre conclusion

L’Asics MetaRacer a définitivement apporté une nouvelle approche dans la course des chaussures de running à plaque carbone. En plaçant la plaque sous la semelle intermédiaire, cette chaussure offre une souplesse et une propulsion puissante sans pour autant jouer la carte d’une chaussure avec « trop d’amorti ».

La MetaRacer est donc une chaussure polyvalente qui peut vous accompagner sur des courses de 5 km à 42km. Pour ceux qui sont encore un peu sceptique quant aux gains de performances avec des chaussures en carbone : il existe un avant et un après ! Avec la chaussure Asics MetaRacer, le gain de situe dans les sensations. Si vous êtes un coureur compétitif (avec des pieds étroits) et que vous cherchez un petit plus le jour de la course, n’hésitez pas…

À l’heure actuelle, tester c’est l’adopter !

Nike Zoom Mamba 5

La Nike Mamba est sortie en même temps que les modèles Victory et Matumbo en janvier 2010. Avec la sortie de ces modèles, Nike a bouleversé le paysage des événements sur piste. Généralement 10 à 12 coureurs par course portaient la marque à la virgule. Avec ces 115 grammes, La Zoom Mamba 5 fait partie des trois chaussures de piste les plus légères du marché. Elles conviennent parfaitement aux coureurs de 800 à 5000 mètres. Ces chaussures offrent une sensation de légèreté et de respirabilité tout en fournissant le support nécessaire pour les « cross-country ».

La semelle

La semelle intermédiaire est faite d’un phylon, une mousse de l’industrie spatiale ultralégère et ultramince qui contribue à apporter un amorti à la chaussure tout en restant proche du sol. Le phylon offre une protection adéquate contre les coups de talon lors de la course mais laisse les mollets endoloris. De plus, l’ajout d’une tige formée sous la voûte plantaire empêche le pied de glisser dans la chaussure.

La Nike Mamba est dotée d’un avant-pied composé de 6 pointes amovibles ainsi que d’une plaque Pebax unique qui augmente la traction sans ajouter de poids supplémentaire. Avec une talonnière recouverte de plastique « sharkskin » qui permet encore plus de traction, la Mamba est parfaitement adaptée aux courses sur piste et de cross-country.

Le tissu

Le tissu maillé très léger de la Zoom Mamba 5 couvre le pied suffisamment bien pour le maintenir en place tout en étant respirant au point de sentir le vent entre ses orteils et de bien évacuer l’eau. L’arrière comporte un léger coussin autour du bas du talon d’Achille qui maintien le pied en place en évitant les ampoules.

Le tissu maillé très léger de la Zoom Mamba 5 couvre le pied suffisamment bien pour le maintenir en place tout en étant respirant au point de sentir le vent entre ses orteils et de bien évacuer l’eau. L’arrière comporte un léger coussin autour du bas du talon d’Achille qui maintien le pied en place en évitant les ampoules.

La technologie…

Le « sharkskin » est un plastique léger et solide qui est intégré au niveau du talon de la Mamba. Il est moulé avec un motif en forme de grille pour favoriser la traction sur le talon lors des courses de cross-country qui sont boueuses et glissantes.

La plaque de Pebax de l’avant-pied est également formée à partir d’un polymère rugueux. Le but de cette conception est de mieux transférer l’énergie générée vers le bas en énergie vers l’avant lorsque votre pied frappe le sol.

Notre avis…

Les Zoom Mamba de Nike continuent de recevoir des toutes les éloges sur les pistes d’athlétisme bordées de professionnels et d’amateurs. Pour notre part, L’équipe de Running A Son Pied est tombée amoureuse de ces chaussures. Durant l’échauffement pour une séance de piste, nous avons hâte de les enfiler et de faire quelques accélérations avant de se lancer réellement sur des fractions de 200 à 1500 mètres. Si vous recherchez une chaussure légère et agressive pour le cross-country et la course sur piste, c’est la chaussure qu’il vous faut.

Retrouvez ci-dessous les différents modèles sur le site d’i-run.

Nike ZoomX Vaporfly Next%

La Nike ZoomX Vaporfly Next% est un succès considérable, comme l’attestent beaucoup d’athlètes professionnels et de coureurs amateurs. Les nouvelles caractéristiques présentées par Nike dans cette chaussure ont impressionné. Cette version vous aide à nouveau à avoir une foulée plus efficace. La ZoomX Vaporfly Next% est donc naturellement un « must have » tellement les critiques sont rares et mérite ainsi l’achat malgré son prix élevé.

La Nike Vaporfly Next% est la troisième génération de la mythique famille Vaporfly. Cette gamme de chaussure qui vous promet des gains de l’ordre de 4%.

Petite explication !

Pour un marathonien de 3 heures, 4% représente 7 minutes. Nous ne pensons pas que la Vaporfly vous donne un avantage de 7 minutes sur votre prochain marathon, mais elle peuvent vous aider à améliorer vos records personnels par le confort, le dynamisme et la légèreté.

A-t-elle des défauts ?

Cette chaussure peut modifier la perception de votre foulée. La Vaporfly est célèbre pour sa semelle épaisse alors que la tendance globale des chaussures de vitesse se trouvent dans une semelle fine avec un faible drop. Au départ, vous êtes comme sur des échasses car la Vaporfly a une hauteur de talon de 40 mm, une hauteur d’avant-pied de 32 mm, impliquant un drop de 8 mm.  

Quelles sont les nouveautés ?

Par rapport à la version précédente, Nike a diminué le drop de 2 mm et a modifié la semelle extérieure. Le matériau de la semelle est ainsi légèrement plus compact avec 15 % de mousse ZoomX supplémentaire. Nous trouvons cette chaussure beaucoup plus stable que la génération précédente.

Le tissu supérieure de la Vaporfly Next% est quant à lui totalement différent. Il est plastifié et ne semble pas très transpirant ou flexible. L’avantage incontestable de ce choix restant que cette chaussure et facile à nettoyer.

Avec Vaporfly Next%, le système de laçage a été largement amélioré par rapport à son prédécesseur qui nécessitait des ajustements régulier entre trop serré et pas assez.

La semelle extérieure peut sembler encombrante, mais elle favorise la rapidité. Elle est aussi bien plus résistante qu’auparavant. L’adhérence est un aspect qui a été grandement amélioré dans cette nouvelle version de la Vaporfly Next%.

Bien que la semelle extérieure soit faite d’un matériau plus dur, Nike a réussi le challenge de maintenir le poids de cette chaussure au même niveau que celui de la génération précédente, c’est-à-dire 180g pour une taille 42.